© 2016 par Gerry Quévreux. Créé avec Wix.com

  • facebook-square
  • Flickr Black Square
  • Twitter Square
  • Pinterest Black Square

Gerry Quévreux

Jour 1 - Distance 0

Gerry Quévreux et Louise Kalfon

Photographie : Gilles Dantzer

Pièce diffusée en 2014 au Théâtre Pierre Fresnay (Ermont, 95) et aux Jardins Ephémères (Gonnesse, 95).

Durée : 25 minutes

 

Jour 1 – Distance 0  c'est une retrouvaille entre deux personnes, alors séparés dans deux villes européennes. A l’occasion d’une invitation à jouer un duo, ils ont imaginés à distance une courte pièce, proposition travaillée en studio un jour seulement pour être jouée le soir-même : un jour de retrouvailles bien réelles.

De cette immédiateté naît l’envie d’explorer plus longuement cet espace de retrouvailles. Se retrouver nous confronte à nos représentations mutuelles de l’autre. L’être est en mutation permanente et nos images, nos souvenirs, nos projections sont en décalage. Je fais face à une nouvelle altérité. De ce constat, quel espace pouvons-nous réinvestir à deux : que taire, qu’affirmer, qu’accepter pour re-connaître l’autre en soi.

Nous avons choisi de nourrir ce questionnement en intégrant la ville de Paris comme espace de retrouvailles et l’univers du roman de Boris Vian, Elles se rendent pas compte. Ce roman, singulier dans sa bibliographie, éprouve la retrouvaille et la quête de l’autre dans une atmosphère de cinéma américain où se mêlent violence, sexe, travestissement et insouciance. Vian y interroge l’acceptation de ses propres changements (Francis, le personnage principal via son travestissement permanent) et notre acceptation de ceux des autres (notamment le rejet des choix personnels de Gaya par Francis). Loin du consensus entre ces personnages, Vian plonge énergiquement dans l’action, les retrouvailles devenant road-trip où chacun cède à ses pulsions.

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now